Population zéro, le film qui inspire

Je sais peu de choses sur ce film, sinon qu’il a été diffusé par SyFy, qui paraît, compte tenu du contenu, la chaîne la plus appropriée pour ça. Je ne sais pas qui a participé à la réalisation de ce docu-fiction, ni dans quelles conditions ça s’est fait.

Cependant, en recoupant avec ce que j’avais déjà vu et lu, ça semble assez sérieux. Que nous raconte ce docu-fiction? Tout simplement, il s’efforce d’imaginer le devenir de la Terre après la disparition de l’être humain. Dans une volonté de « faire simple », l’humanité y est présumée disparaître en un battement de cils, sans cause identifiée, sans raison. C’en est presque un simple postulat mathématique. Si cette hypothèse est d’une invraisemblance monumentale, ce qui en fait la faiblesse en faisant l’économie des effets collatéraux d’une cause clairement identifiée, elle en constitue aussi la force, en se concentrant uniquement sur les conséquences de la seule disparition de l’humanité, tendant par là même vers un propos à la portée quasi-universelle (c-à-d survolant un « tronc commun » à pas mal d’hypothèses réelles).

Ce que j’en ai retenu, outre la morale – à laquelle je souscris personnellement mais qui, à mon avis, n’a pas sa place ici – qui consiste à rappeler l’humain à plus d’humilité, en rappelant qu’il a besoin de la Nature, mais que celle-ci peut très bien se passer de lui, c’est qu’en 200 ans environ, l’essentiel des traces de notre civilisation peut disparaître, et qu’en environ 2000 ans, notre civilisation n’en deviendrait, finalement, perceptible qu’à travers une recherche minutieuse et une interprétation de traces qui n’auraient pas beaucoup de sens pour ceux qui viendraient après nous.

De là, on peut partir dans des thèmes assez sympa, d’un côté, on a une sorte de « feuille de route » pour du post-apo’ (rajouter, au choix, épidémie, guerre nucléaire, zombie outbreak, catastrophe industrielle selon votre goût), qui permettrait même de jalonner une véritable saga. Au hasard, examiner tranquillement, dans un contexte « libre », l’évolution d’une civilisation entièrement nouvelle qui partirait de rien. Et ce, sans aller jusqu’à une planète lointaine.

On peut aussi imaginer que, si en moins de 5000 ans, la civilisation humaine ne laisserait plus de trace significative perceptible derrière elle, on peut imaginer un scénario préhumain impliquant une civilisation avancée ayant disparu 1000 à 15000 ans avant les traces de civilisation les plus anciennes que nous connaissions aujourd’hui. Les survivants, mettons, se seraient réfugiés – pourquoi pas? – dans de gigantesques cités ensevelies sous les glaces des pôles, par exemple.

En voilà, une idée qu'elle est bonne!

En voilà, une idée qu’elle est bonne!

En tout état de cause, ça reste un document passionnant, bien raconté en dépit d’effets un peu cheap, mais au final, on s’en fout, c’est le discours qui compte. Outre les événements narrés, il permet aussi de prendre conscience de certains impacts sur l’environnement de notre civilisation dans son ensemble, synthétisés et illustrés d’une manière très didactique. Elle permet d’envisager la Nature autant comme source de vie que menace permanente, et permet de dégager plein de thèmes possibles pour des histoires-catastrophe. La seule limite sera celle de l’imagination de l’auteur, ou du Maître de jeu, car il ne faut pas oublier que tout ça peut être investi dans un JdR.

Je vous laisse visionner, pour ma part, j’ai une joggeuse à finir de découper.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s